SNCF : les dettes contre des réformes ?

SNCF

Le président de la République, Emmanuel Macron, souhaite reprendre les dettes de la société de transport de la SNCF en échange de grandes réformes. Il s’agit alors d’un sujet un peu sensible, puisque la SNCF connaît depuis un petit moment déjà, quelques menaces. En effet, la SNFC peut voir débarqué sur le marché du transport par trains de nouveaux concurrents. S’ajoute à la future concurrence, des réformes importantes et plus précisément sur la suppression des avantages de la retraite des cheminots. Le sujet est tellement sensible, que le porte-parole, Christophe Castaner, s’est dépêché de clarifier les déclarations du président. Il affirma alors que la reforme n’était qu’aux prémices de la réflexion concernant ce sujet.

Des propos contradictoires

Lors d’un entretien, le président de la République, a pourtant déclaré qu’il s’agissait d’une reforme importante et qu’elle débutera au milieu de l’année prochaine, voir début 2019. Il a également demandé au groupe « d’aller plus loin sur les réformes, le statut, la mobilité, le régime de retraite ». Le régime retraite serait alors abandonné de façon très progressive, cependant, le président a tout de même rassuré les personnes ayant déjà cotisé en affirmant que : « Ce qui a été acquis dans les régimes passés reste acquis et vous cotisez à un nouveau régime ». Pour le président, maintenir le régime actuel des cheminots est injuste. Ces derniers peuvent donc partir à la retraite au plus tôt à partir de 52 ans (principalement pour les agents de conduite). En contrepartie, la dette de la SNCF, qui s’élève à presque 45 milliards d’euros, serait reprit par l’Etat.

Place à la concurrence

Autre sujet sensible : la future concurrence de la SNCF. En effet, suite à la volonté de l’Europe, l’ouverture de la concurrence débutera à partir de décembre 2019. Cependant, pour le Président, il s’agit d’une bonne chose. Il a notamment déclaré : «La concurrence va aider la SNCF dans les évolutions qui sont déjà en cours. Si vous voulez défendre votre entreprise, il faut la réinventer ».

AUCUN COMMENTAIRE