placement bancaire

Il est possible de souscrire un 3e pilier lié 3a auprès d’un assureur ou d’une banque. Dans le cas d’un 3e pilier bancaire, le souscripteur bénéficie d’un contrat plus flexible, mais l’épargne ainsi placée est moins sécurisée.

3e pilier bancaire et 3e pilier assurance : quelles différences ?

Ouvert dans une banque ou auprès d’un assureur, le 3e pilier 3a lié est soumis aux mêmes conditions, et bénéficie des mêmes avantages. Ainsi, le souscripteur doit être actif en Suisse, et verser les cotisations en respectant les plafonds fixés par la loi. En revanche, il profite de déductions fiscales. Les bénéficiaires sont déterminés selon un ordre bien précis, le conjoint et les enfants sont prioritaires.

La différence entre le 3e pilier assurance et le 3e pilier bancaire réside plutôt dans le contrat, c’est-à-dire les conditions de paiement et de retrait. Pour un 3e pilier banque, vous payez librement selon vos possibilités, sans obligation de respecter des échéances ou des montants fixes, contrairement au cas avec un contrat souscrit auprès d’un assureur. Vous avez également la possibilité de retirer le capital avant l’échéance.

Vous pouvez réaliser des placements sécurisés ou investir sur les marchés qui sont soumis aux fluctuations boursières et économiques. Le choix du type de placement à réaliser dépend de votre profil d’investisseur et donc de votre goût pour le risque.

Par ailleurs, il est possible d’avoir plusieurs 3es piliers bancaires en ouvrant des comptes épargne auprès d’établissements différents. Lorsque vous désirez changer de banque, la migration peut être gratuite ou soumise à des frais peu élevés.

Les avantages du 3e pilier bancaire

Ce 3e pilier a est particulièrement flexible. Vous pouvez verser vos cotisations à l’aide de montants libres. Le rythme des paiements est également libre : vous pouvez effectuer un versement une ou plusieurs fois par an à votre convenance. Au cas où vous êtes dans l’impossibilité de verser vos primes, vous pouvez tout simplement arrêter de le faire.

Les conditions de retrait sont également plus souples. Au cas où vous avez besoin de retirer votre argent, vous pouvez le faire. Vous disposez toujours du capital, plus les intérêts accumulés et le rendement de votre 3e pilier. Il suffit de payer certains frais au montant limité, contrairement au cas avec un pilier 3a assurance. Chez un assureur, vous disposez uniquement de la valeur de rachat, et devez aussi vous acquitter de pénalités en cas de retrait du 3e pilier avant l’échéance du contrat.

Les inconvénients du 3e pilier bancaire

Un 3e pilier bancaire est globalement moins sécurisé. Le taux d’intérêt n’est pas garanti, il fluctue au gré de l’évolution de la situation économique. Il n’existe pas de capital minimum garanti à la fin du contrat.

Lorsque vous ne pouvez pas payer vos cotisations, la banque ne va pas réaliser des versements à votre place. Il n’y a pas d’assurance, vous devez arrêter les paiements, avec les conséquences que cela implique sur l’évolution de votre épargne.

Par ailleurs, votre capital n’est pas assuré en cas de faillite ou de crise de la banque. De manière générale, celle-ci s’engage à rembourser ses clients jusqu’à hauteur de 100000 CHF selon le montant de son 3e pilier bancaire, mais seulement dans la limite de ses capacités. Vous risquez de perdre de l’argent.

En cas de décès, il n’y a pas de capital garanti. Vos héritiers perçoivent uniquement le capital que vous avez réussi à réunir. De plus, cette somme est considérée comme une masse successorale, elle est soumise aux impôts.

Enfin, l’épargne du 3e pilier bancaire ne peut être utilisée comme gage, sauf dans le cas où vous voulez acheter votre résidence principale. Par contre, en cas de faillite personnelle, votre capital sera saisi.

Articlе Spоnsоrisé