L’un des moyens efficaces pour investir dans l’immobilier sans locataire est l’achat de parts SCPI de rendement.

Les différentes façons d’investir dans les SCPI

Investir en SCPI de rendement fait partie des rares placements qui offre divers modes de souscriptions en fonction des résultats à atteindre. L’investissement cash permet d’augmenter les revenus annuels. Les dividendes obtenus sont déduits l’année suivante de l’impôt sur le revenu foncier. L’investissement à crédit est utilisé pour constituer son patrimoine tout en profitant de la baisse des intérêts d’emprunts et d’un taux de crédit relativement bas. La souscription par l’assurance vie constitue une alternative fiable aux fonds euro pour la diversification des placements, l’amélioration du rendement du contrat, en échange d’une absence de garantie sur le capital. La souscription en démembrement de propriété permet d’obtenir un patrimoine à terme sans subir de pression fiscale sur l’impôt du revenu. Cet investissement est bénéfique à toute personne redevable de l’ISF. Il doit acheter des parts en cash afin de réduire son patrimoine taxable lors de la durée du démembrement.

Le rendement n’est pas le seul critère

Le rendement est un élément déterminant dans tout investissement, mais il n’est pas le seul point à considérer dans le SCPI de rendement. Il faut observer d’autres critères de performances comme le taux de distribution sur valeur de marché (TDVM) qui est l’outil principal de mesure de ce qu’un SCPI rapporte. Il y a en deuxième lieu, le taux de rentabilité interne (TRI) qui détermine ce qu’un SCPI rapporte en réalité sur plusieurs années. Le TRI se base sur le prix de souscription, le prix de sortie, et les dividendes accumulés durant les années. À côté de ces deux indices, vous devez enfin tenir compte du secteur d’activités, la vétusté du patrimoine, et l’adaptation des immeubles aux demandes des locataires.