HSBC : hausse des bénéfices

Hausse des bénéfice pour HSBC

La banque HSBC vient de dévoiler ses résultats et ils sont « excellents » avec une belle hausse pour ses bénéfices, après une difficile année en 2016.

Le groupe localisé à Londres, mais également présent dans le monde entier et plus particulièrement en Asie est, depuis deux ans, engagé dans une réduction de voilure causant la fermeture de plus d’une dizaine de milliers de postes.

Plus de 10 milliards de bénéfices ont été fait par la banque dans la période de janvier à juin. C’est plus que l’année précédente, où elle avait fait 9,7 milliards de bénéfices. Quant aux bénéfices net, il a augmenté de 10% sur une année.

Ce sont des résultats « extrêmement plaisants » pour le président du groupe, Douglas Flint. Malgré le Brexit et aux relations entres Londres et les autres pays de l’UE, HSBC a su se montrer « forte et résistante ».

De plus, grâce à la vente des opérations au Brésil, HSBC, a également connu une baisse de 12% dans ses dépenses, soit un total de 16 milliards.
HSBC prévoit aussi de racheter des actions pouvant aller jusqu’à deux milliards de dollars dans les mois qui suivent.

Les attentes des analyses ont alors été largement dépassées.

Des objectifs bien précis et une nouvelle direction

L’analyste Dickie Wong de chez Kingston Sécurities, a confié : « Les résultats de HSBC dépassent sans aucun doute les attentes du marché ». Il a également ajouté que la banque est « en très bonne forme ».

Les bénéfices avant impôts au second trimestre étaient de plus de 5 milliards de dollars, alors que tous les analystes prévoyaient un bénéfice de 4,6 milliards.

En 2015, alors qu’HSBC connaissait des scandales et des résultats très décevants, elle avait annoncé une restructuration au niveau mondiale. Dans le lot, la vente des activités au Brésil et en Turquie en faisait partie, et c’est en partie, grâce à cela, qu’elle a pu faire tant de bénéfice cette année. En effet, en faisant cela, elle a pu libérer des moyens lui offrant alors la possibilité de s’implanter en Asie.

La banque avait aussi annoncé en mars dernier, un nouveau président, pour le remaniement ainsi qu’un nouveau directeur général. C’est alors que Mark Tucker, un homme d’affaires et président d’AIA, une assurance, succéda à Flint en octobre.

Pour rappel, le scandale qui avait ébranlé le monde bancaire en 2015, avait été causé par Stuart Guliver et M.Flint concernant la filiale Suisse. Cette dernière était accusée d’évasion fiscale et par la même, d’avoir transité plus de 180 milliards d’euros d’une riche clientèle en 2006, dans le but de ne pas payer d’impôts.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE