L’usine de la Souterraine dans la Creuse sera en liquidation judiciaire le 23 mai prochain si elle ne trouve aucun repreneur.

Dépendant de deux clients principaux

La tension est palpable à l’usine GM&S de la Souterraine où 279 salariés militent afin de ne pas perdre leur emploi. Quel est le problème ? L’usine GM&S est un équipementier automobile qui travaille avec deux clients principaux : Renault et PSA, il se trouve que ces deux clients aient considérablement diminué leur volume de commande ces dernières années, bloquant ainsi l’activité de toute l’usine et la plongeant dans une situation de redressement judiciaire depuis décembre 2016. La liquidation judiciaire est maintenant proche car elle est prévue pour le 23 mai prochain si les dirigeants n’arrivent pas à un arrangement avec les constructeurs automobiles ou si l’usine ne trouve pas de repreneur.

Les salariés manifestent avec colère !

« On a piégé l’usine de bonbonnes de gaz et de bidons d’essence et nous sommes prêt à faire des dégats », a annoncé le délégué de la CGT Vincent Labrousse, en ajoutant être « toujours ouvert à la discussion. Nous ne voulions pas en faire autant mais il n’est plus possible de reculer. Dans l’usine il y a 279 salariés et pères de famille, la moyenne d’âge est de 49 ans, qu’est-ce qu’on va faire ? ».

Après des mois de lutte acharnée, les salariés ont décidés de passer aux choses sérieuses pour attirer l’attention des médias et même du nouveau président Emmanuel Macron sur leur problème. « Il pourrait intervenir tout comme il l’a fait à l’usine de Whirlpool ».
Les salariés tiendront jusqu’au bout, espérant obtenir de nouvelles négociations avec PSA et Renault pour obtenir un engagement de leurs parts à continuer leurs commandes.

Les jours sont comptés pour l’usine GM&S de la Souterraine car il reste 11 jours avant la saisie de l’usine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *